SENEGAL : Appui à la formation des jeunes au sein de la ferme-école de Ndoumboudj

Du 19 au 27 septembre 2017, deux membres d’Asmae se sont rendus au Sénégal afin d’animer le premier module de formation en agro-écologie avec un groupe de jeunes du village de Ndoumboudj. Cette formation survenait suite à une première phase d’immersion de membres de l’ONG Action Jeunesse et Environnement et de volontaires sénégalais au sein de la ferme-école de Kaydara située au nord du Siné-Saloum. Géry était présent pour s’occuper du lancement technique de la ferme-école alors que Florian a animé différents ateliers en permaculture.

 

La première journée a été consacrée à la rencontre du groupe de jeunes sénégalais ainsi qu’à la visite du terrain de la ferme-école. Un premier échange a eu lieu avec les jeunes sur la disposition des prochaines infrastructures nécessaires au sein de la ferme-école.

 

Il a ensuite été proposé aux jeunes de commencer l’apprentissage par la pratique à travers la mise en culture d’une petite parcelle. Ils ont commencé à nettoyer un petit espace en retirant les racines et les petits animaux pouvant y trainer. Ils ont construit un auvent avec des morceaux de bois et un toit avec des branches de neem afin de créer un micro-climat.

 

 

Le jour suivant les jeunes ont participé à un atelier afin de découvrir la possibilité de semer sans eau en se basant sur une technique utilisée au Burkina Faso avec des cloches ou encore avec des bouteilles en plastique. Les jeunes ont participé à la création de ce système de cloche afin de pouvoir le reproduire avec les matériaux locaux disponibles. Après l’implantation des bidons/cloches, les jeunes ont appris à semer les plantes en les associant. Il a été expliqué que le mélange des essences peut-être bénéfique du fait qu’elles peuvent s’entraider entre elles en fonction des espèces et de leur taille. Les grandes plantes comme les haricots rames peuvent protéger les plus petites plantes qui ont besoin de moins de soleil comme les radis par exemple. Chaque plante peut protéger l’autre contre le soleil, les maladies ou les ravageurs.

Le 24 septembre, les jeunes ont continué le travail de mise en place du reste des cloches. Ils ont ensuite pu s’initier au semis d’haricots, de radis, d’aubergine, de piments ou encore de bettes.

 

 

 

 

 

Le groupe a également travaillé à la préparation de trois pépinières. Deux pépinières sont consacrées pour recevoir les semences de Kokopelli. La troisième pépinière a été réservée aux plants d’Artémisia qui ont été donné par Kaydara.

 

 

 

 

 

 

 

L’importance de l’Artémisia comme plante de potager est fondamentale au Sénégal. L’Artémisia Annua est un antipaludique puissant ainsi qu’un anti-cancer. Cette plante est connue depuis longtemps par les sénégalais comme plante médicinale. Les jeunes ont décidé de construire un jardin de plantes médicinales en semant parmi les plants d’Artémisia, de l’Agastache, de l’aneth, de l’origan, etc.

Le dernier atelier d’animation a été consacré à la réalisation d’un « compost en lasagne » avec l’apprentissage de la notion de couches brunes (feuille morte, purin) et de couches vertes (déchets organiques, herbes, plantes… etc).

La matinée du 26 septembre a été consacrée à l’organisation d’une rencontre avec les jeunes pour célébrer la fin de ce module d’animation et pour définir les perspectives pour l’année 2017-2018.

Cette rencontre n’était pas une évaluation mais bien l’élaboration de la planification future.

  • Déplacement du poulailler.
  • Création de l’espace maraîchage avec la question du micro-climat en attendant que les cocotiers soient plus grands.
  • Création d’autres composts
  • Possibilité de semer d’autres graines se trouvant dans la banque de semences de la ferme.
  • Création du réseau hydraulique basé sur les puits mais aussi sur les réservoirs d’eau capter à partir des toits de la ferme. Construction d’au moins un puits supplémentaire. Arrivée de l’eau potable jusque dans la ferme-école.
  • Construction d’un logement, d’une cuisine et des sanitaires pour les jeunes en formation.

Pour clôturer la mission, une session de restitution s’est déroulée à Dakar au sein des bureaux de l’ONG Action Jeunesse et Environnement en compagnie des responsables d’AJE et d’un représentant du groupe de jeunes en formation. Une réunion de clôture a également permis de planifier les prochaines actions de développement de la ferme-école de Ndoumboudj et les prochaines activités du groupes de jeunes en formation.