Rencontres et immersions

Capture d’écran 2013-03-14 à 13.48.22C’est officiel, et l’on en reparlera très bientôt, la rencontre entre jeunes du réseau Toubacouta aura lieu au Maroc, en 2013, après la période du Ramadan. Bien entendu le thème de la rencontre n’est pas encore choisi par les jeunes du réseau puisqu’ils sont tous occupés à finaliser le travail qui a été réalisé lors de la rencontre du Caire d’août 2012. Cette année 2013 verra la concrétisation du guide d’animation… voir les deux articles consacrés à ce sujet.

Au delà des rencontres, les immersions

Lors des réunions entre responsables des associations membres du réseau Toubacouta de novembre 2011 à Bruxelles, il a été question de renforcer les échanges sous forme d’immersion des jeunes mais aussi des cadres ou responsables engagés au sein de nos associations.

Les immersions doivent être porteuses de sens tant pour l’association qui envoie ses jeunes que pour celle qui les reçoit. Il s’agit que les jeunes, les cadres, ou les responsables d’association puissent échanger leurs savoirs et savoirs faire. Il faut donc que ces immersions facilitent le développement des associations.

Il y a bien longtemps, Souzy a passé quelques semaines au Sénégal et René est venu en Egypte. Il y a déjà eu quelques immersions de Belges au Sénégal par exemple, l’Egypte n’est pas en reste aussi puisque la dernière personne de Lekaa a être venue en Belgique a été Paulette qui a passé un mois dans les différents événement comme des Musicales de Beloeil où elle a découvert les moyens utilisés par Asmae à la fois en vue de renforcer la capacité des jeunes à prendre des responsabilités mais aussi de voir comment de la participation à un événement, Asmae en fait un élément de recherche de financement. Un projet similaire est en train de voir le jour en Egypte…

Dans les mois qui viennent il sera probable que l’un ou l’autre égyptiens viennent en Belgique pour être formé dans le cadre d’une immersion, comme des jeunes belges aillent aussi en Egypte pour accompagner des jeunes dans le lancement d’une activité.

Ce genre d’immersion peut avoir lieu aussi entre le Maroc et l’Egypte. Cela pourrait tout à fait être imaginable dans le cadre d’un projet à élaborer ensemble. Des voix ont été entendues dans le cadre de la participation à un week-end de formation co-animé par les marocains pour des jeunes qui partiraient en chantier… Voilà donc quelques projets en cours d’élaboration…

Et qui sait, si ces immersions sont des réussites, Asmae pourra peut-être aussi envisager d’accueillir, en Belgique, un jour une rencontre de jeunes du réseau… si les ambassades veulent bien octroyer des visas à tout le monde, en même temps, ce qui n’est pas gagné !

Mais commençons donc par des immersions. On verra si cela fonctionne bien.

Géry