Et cela redémarre…

Un grand appel du pied...

Un grand appel du pied…

Au vu des très nombreuses activités des membres du réseau, ce dernier s’est un peu assoupi. Depuis le début de l’année, il y a eu trois électrochocs : les attentats meurtriers de Paris, les départs des jeunes, musulmans ou non, en Irak ou en Syrie pour faire le Jihad en devenant très rapidement des criminels sanguinaires et enfin le profil sur le mur Facebook d’un des jeunes membres du réseau.

« I’m muslim – not terrorist« . C’est un cri et un appel du pied pour éviter à tout prix la montée de la xénophobie, des exclusions… Nous devons donc tout faire pour continuer le dialogue entre les associations partenaires. Et donc, de facto, nous relancer et revenir sur le fondement même du réseau Toubacouta : la Charte de Toubacouta. C’est en avril 2005 qu’est née cette charte. 

A la lumière des événements dramatiques qui secouent non seulement l’Europe mais aussi le Moyen-Orient, le nord et l’ouest de l’Afrique et probablement bientôt, d’autres continents, il est temps de relire la Charte de Toubacouta et de reprendre son application à travers le réseau qui a été mis en place en 2007.

C’est ainsi qu’Asmae, animateur du réseau, a relancé le processus de concertation par une première rencontre au Maroc avec l’Association Mouvement Twiza. Jean-Thomas, responsable du secteur « Education aux développements » d’Asmae et moi-même, nous sommes allés rendre visite à nos amis de Twiza, exactement 10 ans après les premières rencontres entre les deux associations.

Cette rencontre s’est déroulée avec Ahmed El Hakour, le responsable de Twiza, mais aussi avec Wafae et Khalil, deux jeunes membres du réseau ayant déjà participé à plusieurs activités, qui dorénavant auront la tâche d’animer le réseau Toubacouta auprès des autres jeunes de Twiza. Nous en reparlerons plus en détail très bientôt.

D’autres visites sont prévues, en 2015, comme celles en Egypte et au Sénégal, avant la rencontre du réseau en novembre 2015, à Bruxelles, dans le cadre des Etats généraux d’Asmae qui se déroulent tous les quatre ans.

Géry de Broqueville